Menu
 

Inondations 2018 à Pont-à-Celles : reconnaissance comme calamité publique

 

Ce 18 avril 2019, le Gouvernement wallon a reconnu les inondations survenues du 22 mai 2018 au 3 juin 2018 comme une calamité publique et a délimité son étendue géographique.

 

Si vous avez été victime de cette calamité publique, vous avez jusqu’au 30 septembre 2019 pour introduire une demande d’aide à la réparation auprès du Service régional des Calamités.

 

Les formulaires peuvent être complétés et envoyés en ligne via le lien suivant :

www.wallonie.be/fr/demarches/139187-calamites-naturelles-:-demander-une-aide-a-la-reparation

OU  être téléchargés sur le site du Service régional des calamités ( voir Formulaires ) afin d’être complétés et envoyés par courrier ou par courriel

OU complétés directement en ligne sur le portail Wallonie en cliquant ici.

 

Les formulaires de demande d’aide à la réparation doivent être introduits auprès du Service Régional des Calamités, sis Avenue Bovesse, 100 à 5100 Namur (Jambes)

Tél. : 081/32 32 00

Mail : calamites.pouvoirslocaux@spw.wallonie.be.

 

Renseignements complémentaires :

  • le Service Régional des Calamités :

Wallonie Intérieur – Département des Politiques publiques locales
Service Régional des Calamités
Avenue Gouverneur Bovesse, 100
5100 Jambes (Namur)

Par mail : calamites.pouvoirslocaux@spw.wallonie.be

Par téléphone : 081/32 32 00

 

  • l’Administration communale de Pont-à-Celles :

Madame Virginie Lurquin

Par mail : virginie.lurquin@pontacelles.be

Par téléphone : 071/849086

 

 

Informations complémentaires :

« Le Service régional des Calamités précise néanmoins « qu’en cas d’inondation, de tremblement de terre, de débordement ou refoulement des égouts publics, de glissement ou affaissement de terrain, l’aide à la réparation est limitée et ne visera que les biens qui ne peuvent être couverts par un contrat d’assurances (biens qui ne sont pas des risques simples, les récoltes non engrangées, les cheptels vifs hors bâtiment, les sols, les cultures, les peuplements forestiers).

Cette limitation ne vaut pas pour les personnes qui n’ont pas été en mesure d’assurer leurs biens en raison de leur état de fortune et qui ont droit au revenu d’intégration sociale ou à une aide équivalente.

Dans les autres cas, les biens indemnisables sont :

  • les biens immeubles bâtis (ex. maison d’habitation) ;
  • les locaux mobiles servant d’habitation (ex ; caravane résidentielle) ;
  • les biens meubles d’usage courant ou familial (ex. le mobilier de base d’une maison, la voiture familiale) ;
  • les autres biens corporels meubles, à l’exclusion des titres et produits financiers de placement et espèces, lorsqu’ils sont affectés en Région wallonne :
    • à l’exploitation d’une entreprise industrielle, artisanale, commerciale, agricole ou horticole (ex. le matériel agricole) ;
    • à l’exercice de toute autre profession (ex. le matériel informatique) ;
    • aux activités d’un établissement public, d’un établissement d’utilité publique, d’une association sans but lucratif ou d’une fondation (ex. le matériel de bureau) ;
  • les biens agricoles et horticoles (ex. le bétail, les récoltes) ;
  • les peuplements forestiers (ex. les arbres d’une même espèce).

Lorsque les biens endommagés appartenant à des personnes morales pouvaient être couverts par un contrat d’assurance, aucune aide à la réparation n’est accordée. »

Pas de commentaire

Désolé, la section commentaire est fermée.