Menu
 

Les actualités communales

COVID-19 Mesures pour les activités des enfants et adolescents

 

Image : https://fr.freepik.com/

 

 

Communication du Gouverneur de Hainaut / 29 janvier 2021

 

L’arrêté ministériel adapte les mesures pour les activités organisées en plein air pour les enfants et adolescents jusqu’à l’âge de dix-huit ans accomplis

Les règles relatives aux activités organisées pour les enfants et adolescents jusqu’à l’âge de dix-huit ans accomplis, sont harmonisées, conformément aux propositions des ministres de la Jeunesse. L’arrêté ministériel conférant une base légale à ces nouvelles règles, sera publié au Moniteur belge dans le courant de la journée. Les nouvelles règles entreront en vigueur le 1er février et s’appliqueront jusqu’au 1er mars 2021.

« Les nouvelles mesures doivent nous permettre de limiter autant que possible le nombre de changements de contact pour les enfants et adolescents, sans pour autant les isoler. Nous voulons ainsi endiguer la propagation de nouvelles variantes très contagieuses du virus dans notre pays, garder les écoles ouvertes et veiller à ce que la pression sur le système de soins de santé reste gérable », déclare la Ministre de l’Intérieur Annelies Verlinden.

 

Situation épidémiologique chez les enfants et adolescents

La situation épidémiologique dans notre pays a un impact de plus en plus important sur le fonctionnement et l’organisation de l’enseignement. Plusieurs foyers du virus ont déjà été observés dans des écoles primaires, entraînant la fermeture d’écoles et la nécessité de mettre les enfants et leurs parents en quarantaine. Maintenir les établissements d’enseignement ouverts autant que possible reste l’une des principales priorités en cette période de crise sanitaire. Afin de limiter le nombre de contacts, le Comité de Concertation a donc décidé que les activités organisées pour les enfants jusqu’à l’âge de douze ans accomplis se dérouleront en groupes plus restreints.

Les adolescents de treize à dix-huit ans accomplis peuvent désormais aussi, sous certaines conditions, participer à des activités organisées en plein air. Après des mois d’enseignement à distance et l’absence d’activités de groupe, ces adolescents constituent aujourd’hui un groupe mentalement vulnérable.

 

Mesures adaptées

L’arrêté ministériel a pour but d’adapter et d’harmoniser les règles relatives aux activités de groupe organisées pour les enfants et adolescents jusqu’à l’âge de dix-huit ans accomplis, à savoir :

  • Les activités dans un contexte organisé, sans nuitée, peuvent être organisées pour un ou plusieurs groupes composés chacun de dix personnes maximum, encadrants non compris ;
  • Les entraînements sportifs non professionnels peuvent se dérouler en groupes de dix personnes maximum ;
  • Les groupes doivent toujours être les mêmes ; les différents groupes ne peuvent pas être réunis ;
  • Pour les enfants jusqu’à l’âge de douze ans accomplis, ces activités sont organisées à l’extérieur autant que possible. Si cela n’est pas possible, les espaces sont aérés ;
  • Pour les adolescents âgés de treize ans ou plus, ces activités sont obligatoirement organisées à l’extérieur.

Les activités déjà planifiées pour les enfants jusqu’à l’âge de douze ans accomplis pour les vacances de carnaval (du 13 au 21 février 2021) peuvent être organisées pour un ou plusieurs groupes composés chacun de vingt-cinq enfants maximum. Ces activités sont en effet importantes pour l’accueil des enfants pendant les vacances.

Les nouvelles mesures ont pour but de limiter au maximum le nombre de changements de contact pour les enfants et adolescents et de ralentir la propagation du virus au sein de ce groupe démographique. Il est donc demandé de limiter le nombre de loisirs pratiqués en groupe à un seul hobby par enfant ou adolescent.

 

 

Pour toutes les questions qui relèvent du « sport », vous pourrez notamment trouver une information spécifique via ce lien : Nouvelles mesures « sport » 29-01-2021

SNCB / Gare de Luttre

Le Collège communal a pris connaissance ce jour de la volonté de la SNCB de fermer le guichet de la gare de Luttre dans le courant de cette année 2021.

Compte tenu de la fracture numérique qui est une réalité dans nos sociétés et par conséquent soucieux de conserver un service au public de qualité dans cette gare, qui est la deuxième gare de l’arrondissement de Charleroi, le Collège communal proposera évidemment au Conseil communal de ce 15 février 2021 d’adopter une motion afin de s’opposer à la fermeture de ce guichet, et que la SNCB revienne donc sur cette décision.

Grand Nettoyage de Printemps 2021 – report

 

Communication de l’équipe Be WaPP

 

Cher Coordinateur du Grand Nettoyage de Printemps,

Il y a une dizaine de jours, nous vous annoncions la tenue de la 7e édition du Grand Nettoyage de Printemps les 25, 26, 27 et 28 mars 2021 prochains car la situation sanitaire nous paraissait relativement similaire à celle de septembre 2020. La demande des citoyens était forte et le fait d’organiser des ramassages à l’extérieur, en petits groupes, semblait acceptable et conforme aux recommandations des autorités.

Malheureusement, depuis cette annonce, la situation sanitaire a radicalement changé dans notre pays. La variante britannique du coronavirus a fait son apparition, entrainant un risque fortement accru de contamination. Les voyages à l’étranger ont été interdits et certains craignent actuellement une troisième vague, une fermeture des écoles, voire des mesures plus contraignantes.

Ce contexte anxiogène et incertain nous a amené à nous questionner quant au maintien d’un Grand Nettoyage de Printemps fin mars 2021. L’organisation d’un événement d’une telle ampleur requiert des semaines de préparation et exige de prendre une décision dès à présent.

Après de longues réflexions, nous venons de prendre la décision de reporter le Grand Nettoyage de Printemps. La situation sanitaire et ses risques pour la population, de même que le côté extrêmement incertain de l’évolution de l’épidémie nous poussent en effet à l’extrême prudence.

A l’heure actuelle, nous sommes dans l’impossibilité de dire à quelle date cet événement pourra être reporté. Nous vous tiendrons évidemment informés dans les prochains mois dès que la situation sera plus claire.

Nous vous remercions pour votre compréhension, votre soutien et votre collaboration dans les actions que nous continuons à développer.

Bien à vous,

L’équipe Be WaPP

Mobilité et sécurité routière

 

Actuellement, nous recevons de nombreuses plaintes liées aux actions de prévention et à la verbalisation effectuées par la Police suite au non-respect des règles de stationnement (stationnement en tout ou en partie sur le trottoir, stationnement là où la signalisation l’interdit, etc.) dans de nombreuses rues de l’entité.

A l’exception des lieux où la signalisation l’autorise, rappelons que les conducteurs qui stationnent leur véhicule sur le trottoir enfreignent le code de la route et plus grave encore, mettent en danger un enfant, un parent poussant un landau, une personne âgée… en les obligeant à quitter le trottoir pour circuler sur la route !

 

Nous vous rappelons les règles principales de stationnement :

 

Il est interdit de mettre un véhicule à l’arrêt ou en stationnement notamment :

  • L’arrêt et le stationnement sont interdits à gauche par rapport au sens de la marche ;
  • Sur les trottoirs et, dans les agglomérations, sur les accotements en saillie ;
  • Sur les passages pour piétons et, sur la chaussée, à moins de 5 mètres en deçà ;
  • Aux carrefours, à moins de 5 mètres du prolongement du bord le plus rapproché de la chaussée transversale.

 

Il est interdit de mettre un véhicule en stationnement notamment :

  • A moins d’1 mètre tant devant que derrière un autre véhicule ;
  • A moins de 15 mètres de part et d’autre d’un panneau indiquant un arrêt d’autobus ;
  • Où les piétons doivent emprunter la chaussée pour contourner un obstacle ;
  • Lorsque la largeur du passage libre sur la chaussée est réduite à moins de 3 mètres ;
  • Sur la chaussée divisée en bandes de circulation ;
  • Sur les chaussées à 2 sens de circulation, du côté opposée à celui d’un autre véhicule, lorsque le croisement des autres usagers en serait rendu malaisé ;
  • Il est interdit d’exposer sur la voie publique un véhicule en vue de sa vente.

 

Stationnement alterné :

Le changement de côté doit se faire le dernier jour de chaque période entre 19h30 et 20h.

Signal E5 (avec mention 1/15) interdit de stationner du 1 au 15 du mois

Le signal E7 (avec mention du 16/31) interdit de stationner du 16 au 31 du mois

 

Les panneaux d’interdiction :

Le signal E1 interdit de stationner

Le signal E3 interdit de stationner et de s’arrêter

 

Les différences entre l’arrêt et le stationnement ?

  • Un arrêt est une immobilisation momentanée du véhicule sur la chaussée. Pour que le véhicule soit considéré comme arrêté, son conducteur doit se trouver à l’intérieur ou à proximité. L’arrêt peut avoir pour raison : soit la montée ou la descente de passagers, soit le chargement ou le déchargement du véhicule
  • Le stationnement est généralement plus long que l’arrêt. Le moteur du véhicule est éteint et le conducteur n’est pas à proximité. Un véhicule à l’arrêt ou en stationnement ne doit ni gêner la circulation, ni représenter un obstacle dangereux. Il est interdit de s’arrêter en voiture ou de stationner sur le trottoir (sauf si un marquage au sol l’autorise expressément) y compris devant chez vous. Par contre, vous êtes autorisé à vous arrêter sur les zones de bus, le long de lignes jaunes discontinues, sur les zones de livraison afin de décharger une personne.

L’Opération « Rénov’énergie » lancée en automne dernier continue en 2021 !

Photo : https://corenove.be

 

Votre commune vous accompagne dans vos projets de rénovation visant à améliorer les performances énergétiques de votre bâtiment.

 

SIX nouvelles soirées d’informations sont programmées en visio-conférences : Les 16, 18, 22, 23, 24 et 25 février 2021

 

Comment participer à l’une de ces soirées?

  1. S’inscrire en cliquant sur le lien suivant : Inscription en ligne aux soirées d’informations
  1. Après cette inscription, vous recevrez, dans votre boîte mail, le lien vers la réunion ZOOM à la date de votre choix.

 

Pour toute question relative à ces soirées, vous pouvez contacter :

Yann André, Conseiller en énergie à l’Administration Communale de Pont-à-Celles au 071/84.90.49 ou yann.andre@pontacelles.be

Daphné Van Ing, coordinatrice de l’ADél (Association pour le Développement local au 0473/89.13.90 ou d.vaning@adel-pac.be

Jonathan Plön, de la société Corenove au 0492/40.64.44 ou jonathan.plon@corenove.be

 

En quoi consiste l’accompagnement ?

En premier lieu, une analyse énergétique globale est réalisée. Celle-ci permet d’identifier les grands points d’amélioration. Un plan financier est ensuite construit pour pouvoir évaluer le coût des travaux, les primes disponibles et les mécanismes de financement existants.

Des entreprises de la région proposent ensuite leur service pour la réalisation des travaux. Une attention particulière est alors portée sur le choix des matériaux et les techniques employées. Dans ce cadre, les matériaux biosourcés seront privilégiés lorsque les conditions le permettent.

 

Vous faites des économies !

L’objectif est de réduire les factures d’énergie, sans cesse plus élevées. Ces économies peuvent alors participer au remboursement d’un emprunt. Les travaux s’auto-financent !

 

Une aide administrative et technique

Tout au long du processus d’accompagnement, les experts de CORENOVE, entreprise désignée pour mener à bien cette opération, seront présents pour répondre à toutes vos questions, tant administratives que techniques. Ils auront le rôle de facilitateur à chaque étape de votre projet en apportant un gage de confiance entre le citoyen et les entreprises partenaires de l’opération.

 

De nombreux citoyens se sont déjà inscrits ! Voici quelques témoignages :

Virginie : « …Nous avons été très bien accompagnés, notamment en matière d’avis sur la rentabilité des travaux et la recherche de primes. Par exemple, pour l’isolation de ma toiture : entre la prime et la déduction fiscale, cela ne nous a rien coûté ! »

Brigitte : « Je voulais refaire ma toiture, mais j’ai été assez vite noyée d’informations et je ne savais plus quoi faire. Au final, le service d’accompagnement m’a permis d’isoler et refaire ma toiture, isoler les murs, les plafonds des caves et de modifier mon système de chauffage ! »

Dieudonné : « … on arrive facilement à calculer les mensualités par rapport aux travaux envisagé »

Audrey : « … des entreprises sont venues assez rapidement établir des devis que nous avons pu analyser ensemble. »

 

 

Le projet est financé par la Province du Hainaut.

 

Le Comité de concertation se prononce pour une interdiction temporaire des voyages et un isolement prolongé

Le gouvernement fédéral et les gouvernements des entités fédérées ont discuté aujourd’hui de la situation du coronavirus en Comité de concertation. Afin de lutter contre l’importation et la poursuite de la propagation de nouveaux variants du virus, le Comité de concertation a décidé d’interdire temporairement les voyages récréatifs/touristiques à destination et en provenance de la Belgique.

 

Limitation des voyages internationaux

 

I. Interdiction des voyages non essentiels

Les voyages à des fins récréatives/touristiques à destination et en provenance de la Belgique sont interdits du mercredi 27 janvier au lundi 1er mars 2021. L’interdiction de voyager sera contrôlée tant au niveau du trafic routier, aérien, maritime que ferroviaire.

Les personnes qui se rendent en Belgique et en reviennent doivent être en possession d’une déclaration sur l’honneur. Un modèle de formulaire sera fourni par la ministre de l’Intérieur. La déclaration sur l’honneur doit être liée au « Passenger Location Form » des passagers et être étayée par les documents nécessaires.

Pendant la durée de l’interdiction, seuls les déplacements essentiels sont autorisés. Concrètement, il s’agit des motifs suivants.

  1. Raisons familiales impérieuses
  • Regroupement familial
  • Visites à un conjoint ou partenaire qui ne vit pas sous le même toit, dans la mesure où des preuves plausibles d’une relation stable et durable peuvent être fournies
  • Déplacements liés à la co-parentalité, mariages civils et religieux, funérailles ou crémations (des alliés ou proches).
  1. Raisons humanitaires
  • Les déplacements pour des raisons médicales et la poursuite d’un traitement médical
  • Assistance à une personne plus âgée, mineure, handicapée ou vulnérable
  • Visite à des proches en soins palliatifs
  1. Raisons d’étude
  • Les voyages des élèves, étudiants et stagiaires qui participent à un échange dans le cadre de leurs études
  • Les chercheurs ayant un contrat d’hébergement.
  1. Frontaliers
  • Déplacements liés à la vie quotidienne pour des activités qui sont également autorisées en Belgique;
  1. Raison professionnelles pour l’exercice de l’activité professionnelle
  2. Divers
  • Les soins aux animaux, les déplacements dans le cadre d’obligations juridiques (si elles ne peuvent pas être accomplies de façon numérique), les réparations urgentes pour la sécurité d’un véhicule et les déménagements sont également considérés comme essentiels.

II. Voyageurs en provenance du Royaume-Uni, de l’Afrique du Sud et de l’Amérique du Sud

À partir du lundi 25 janvier, tous les voyageurs entrant dans notre pays en provenance du Royaume Uni, de l’Afrique du Sud ou de l’Amérique du Sud devront obligatoirement respecter une quarantaine de dix jours et réaliser un test PCR le premier et le septième jour de cette quarantaine.

III. Double test à l’entrée

Le Comité de concertation souhaite que tout non-résident qui voyage vers la Belgique, se fasse à nouveau tester à son arrivée en Belgique, en plus du test négatif obligatoire préalable à son départ. Il pourra s’agir d’un test PCR ou d’un test antigénique rapide. Le Comité de concertation demande à la Conférence interministérielle Santé publique, à la Taskforce Testing et au Commissariat COVID-19 de concrétiser ce point.

 

Prolongation de l’isolement

 

Les personnes dont le test COVID-19 est positif devront désormais s’isoler pendant dix jours.

Après un contact à haut risque ou un voyage vers notre pays, la période de quarantaine reste de dix jours. Cette durée pourra être réduite à un minimum de sept jours à condition de présenter un test négatif qui aura été effectué au plus tôt sept jours après l’exposition.

 

Perspectives pour les professions de contact non médicales

 

Dans l’état actuel de l’épidémie, il n’est pas encore recommandé de procéder à la réouverture des professions de contact non médicales. L’on pourra envisager une réouverture à partir du 13 février à condition que la situation épidémiologique continue d’évoluer positivement.

Le Comité de concertation évaluera cette situation le 5 février.

En outre, la réouverture des professions de contact non médicales ne sera possible que dans le respect strict des protocoles existants, complétés par une série de mesures supplémentaires, comme l’obligation de pratiquer les soins sur rendez-vous uniquement, l’enregistrement obligatoire des rendez-vous, l’obligation pour les clients d’attendre à l’extérieur et l’obligation de laisser les portes et les fenêtres ouvertes en tout temps.

Aidons les oiseaux à se nourrir en hiver

 

Article rédigé avec l’aide de l’ASBL les amis des animaux

info@lesamisdesanimaux.be

 

Pendant l’hiver, quand le sol est enneigé ou gelé durant plusieurs jours, les oiseaux éprouvent des difficultés à trouver une nourriture qui leur est plus que jamais indispensable. Pour résister au froid, les oiseaux gonflent leurs plumes et celles-ci prennent le rôle de couverture chauffante. Un tel procédé leur permet de survivre mais leur fait perdre 1/10ème de leur poids en calories, par nuit. Aider les oiseaux en hiver, c’est donc leur procurer la nourriture dont ils besoin pour couvrir leurs dépenses calorifiques.

 

Quand faut-il nourrir les oiseaux ?

Nous conseillons de commencer le nourrissage hivernal dès les premières gelées. Le nourrissage durera jusqu’au printemps. Sauf exception, il est déconseillé de nourrir les oiseaux à la fin du printemps, en été et en automne, afin qu’ils ne soient pas dépendants de l’homme toute l’année.

 

Comment les nourrir ?

Chaque espèce étant tributaire d’un certain type de nourriture, il faut nourrir de façon variée en divers endroits, les uns plus éloignés que les autres, suivant que les oiseaux se rapprochent ou non des habitations. Placez vos mangeoires à différents endroits afin d’éviter les batailles : un coin de fenêtre, de balcon, une branche d’arbre feront parfaitement l’affaire (jamais au niveau du sol à cause des chats).

 

Que donner à manger ?

Comme aliment de base, vous trouverez, dans le commerce, des mélanges de graines adaptées aux oiseaux de chez nous. Vous pouvez ajouter des pépins de pommes ou de poires. Les oiseaux insectivores se satisferont de matières et corps gras : lard non salé, gras de jambon, morceaux de margarine. Le pain sec finement émietté ainsi que des petits morceaux de fromage jeune ou une demi-pomme coupée feront également le bonheur de nombreux amateurs.

 

Enfin, n’oubliez pas l’eau !

L’eau est essentielle et pourtant, on l’oublie souvent. Elle devra être fournie légèrement tiède plusieurs fois par jour, avant la tombée de la nuit. La profondeur du liquide ne devra pas dépasser 2 à 3 cm afin d’éviter une baignade mortelle.

 

Tuto mélange graisse-graines

Préparer des aliments pour nos oiseaux ne représente pas de grande difficulté :

  • Remplir à moitié de graines une mangeoire (une demi-noix de coco ou une boite de conserve plate et non coupante par exemple) ;
  • Ajoutez-y des fruits secs hachés, des miettes de fromages et de gâteaux secs.
  • Versez dessus de la graisse fondue et mélangez.

Attendez que la mixture soit refroidie pour servir.

Voici quelques suggestions et règles à respecter :

  • utilisez de la graisse de boeuf ou de mouton ;
  • rejetez les déchets épicés ;
  • achetez des cacahuètes (non salée) de bonne qualité.

Rencontre avec l’Harmonie Cellipontoise

 

Chaque mois, nous présentons ici une activité accessible aux enfants sur le territoire de la commune. Cette fois, c’est au tour de l’Harmonie Cellipontoise d’être au-devant de la scène.

Suite à l’initiative de Delphine Moget, la première répétition s’est déroulée en mai 2015 et regroupait une dizaine de musiciens. Pas n’importe lesquels, car une Harmonie est composée uniquement, outre la partie rythmique, d’instruments à vent. Le groupe compte actuellement 40 musiciens, dont une dizaine d’enfants et adolescents âgés de 9 à 17 ans.

Les répétitions se déroulent le mercredi soir à 19h45, à l’école du Centre à Pont-à-Celles.

L’activité est ouverte à toutes les personnes ayant déjà trois ans de pratique instrumentale, via une académie ou non. Il s’agit assurément d’un projet intergénérationnel, la musicienne doyenne du groupe étant âgée de 80 ans ! Avec ce projet, Delphine souhaite permettre aux musiciens de partager leur amour de la musique, de découvrir un répertoire varié, d’apprendre à jouer ensemble, de développer une autonomie instrumentale et d’acquérir une écoute active.

Mais l’objectif du groupe est également de participer aux activités communales en leur apportant une réelle plus-value. En 2019, l’Harmonie Cellipontoise a reçu une grande distinction lors du concours de la Fédération Musicale du Hainaut, qui classifie les orchestres amateurs. C’est dire la qualité des prestations… L’orchestre est toujours vivement intéressé par des collaborations locales, comme le concert de Gala annuel, et par des échanges avec d’autres sociétés musicales, car ceci constitue l’essence même d’une Harmonie selon Delphine Moget. Le comité rêve également d’un échange avec une commune hors frontières pour créer de nouveaux liens.

 

Infos & Contacts : 

Delphine Moget delphine.moget@hotmail.be / harmoniecellipontoise@gmail.com

Jean-Luc Zajega (au saxophone) – Président : 0472/67.31.57. Informations aussi via Facebook.

Maison Sport Santé de Pont-à-Celles / Réservation des salles

 

Le Hall des Sports de l’entité de Pont-à-Celles devient la Maison Sport Santé de Pont-à-Celles.

La Maison Sport Santé assure la coordination de l’ensemble des activités sportives organisées sur le territoire communal et gère les infrastructures sportives suivantes :

  • Hall des Sports de Luttre
  • Salle de sport de l’école du Centre
  • Salle de sport de l’école d’Obaix
  • Salle de sport de l’école de Luttre Theys
  • Salle polyvalente de Viesville

 

Vous êtes une association, un club sportif … et vous souhaitez introduire une demande de location ?

  • Les locations dans un but de pratiques sportives (à l’année ou ponctuelles) :
    Les clubs ou associations contactent la Maison Sport Santé de Pont-à-Celles pour effectuer une réservation.
    maisonsportsante@pontacelles.be
    071 84 47 47 ou 0488 26 07 38
  • Les locations dans un but festif ou de loisirs (autre que sportif)
    Les demandes sont introduites auprès du service Affaires générales de l’Administration communale.
    frederique.meeuws@pontacelles.be
    071 84 90 51